mercredi 31 mai 2017

DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU VIH CHEZ LES NOURRISSONS : Dominique Ouattara (Première dame de Côte d'ivoire) : « Nos enfants auront une chance supplémentaire... »

Le projet pour l'optimisation du diagnostic précoce du Vih (Poc) chez les nourrissons, a été lancé, le mercredi 31 mai 2017, à l’hôpital général de Port-Bouët (Abidjan-sud) par Dominique Ouattara, première dame de Côte d’ivoire. Ce projet innovant et prometteur, est initié par la Fondation Elizabeth Glaser (Egpaf), en collaboration avec Unitaid. Avec des appareils de dernière génération, cette nouvelle technologie va permettre de tester précocement les nourrissons, et favoriser l’obtention des résultats des tests, le même jour (une heure).

En tant qu’ambassadeur spécial de l’Onusida pour l’élimination de la transmission mère-enfant du Vih et pour la promotion du traitement pédiatrique,
Dominique Ouattara a salué l’initiative. « Cette nouvelle technologie permettra ainsi de susciter la réduction des délais entre le dépistage et l
es résultats. Elle favorisera, également, l’augmentation de la mise sous traitement antirétroviral des enfants séropositifs, selon les délais prescrits par l’Oms s’est-elle réjouie, en indiquant que même s’il y a des avancées, la Côte d’ivoire doit faire plus. «Il nous faut redoubler d’efforts pour atteindre l’objectif 90 90 90, fixé par l’Onusida, dans le cadre de sa stratégie de lutte contre le sida, particulièrement en ce qui concerne la cible pédiatrique », a fait savoir la Première dame. Pour elle, avec l’union et la mobilisation de tous, il sera possible de mettre fin au sida, d’ici à 2030, en Côte d’ivoire, sur le continent africain et à travers le monde. Ayant la visite des points de service, l’ambassade des Etats-Unis qui a offert 150 mille carnets, s’est dit prête à participer à toute initiative de lutte contre le Vih-Sida en Côte d’ivoire. Pour Dr Goudou-Coffie, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique (Mshp), ces points apparaissent comme une solution efficace pour répondre aux besoins immédiats de prise en charge et de diagnostic des nourrissons. C’est pourquoi, Dr Brigitte Quenum et Essombo Joseph, respectivement directrice pays de l’Onusida et directeur pays d’Egpaf, étaient heureux que cette technologie soit en Côte d’ivoire.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire